Sélectionner une page

S’armer

Jan 27, 2022 | 0 commentaires

Martin Hirsch, directeur de l’APHP, payé plus de 200.000e par an par les cotisants, vient de suggérer que l’on cesse de prendre en charge les non-vaccinés hospitalisés.
Il le fait le jour de la sortie de Treize Pillards en librairie, livre dans lequel je tire son portrait, parmi une dizaine d’autres soldats discrets de la macronie, et reviens sur un parcours fait de pillages et d’escroqueries.
Vous êtes des dizaines à m’avoir envoyé des photos qui me réchauffent l’âme. Le diable vauvert a eu le courage de publier cet ouvrage à prix coûtant (7e), en réduisant au minimum tous les coûts, en sachant très bien les risques que nous prenions.
Si je vous incite donc à vous le procurer, ce n’est pas pour nous enrichir (à un peu moins de 50 centimes par livre de droits d’auteur, on serait mal barrés), mais d’une part pour appuyer les éditeurs, imprimeurs et diffuseurs qui ont décidé de nous appuyer, et d’autre part, pour en faire une arme à opposer à ceux qui prétendent nous gouverner.
Ils nous gouvernent par la honte et l’intimidation, l’utilisation systématique de l’humiliation.
Sachons retourner ces armes, en montrant l’obscurité de leurs légendes, et les saletés qu’ils ont générées.
Courage à tous, pardonnez les absences qui ces longs et violents mois ont pu m’habiter. Je reste à vos côtés, et toujours, toujours plus prêt à les enflammer.
Faites tourner ces oeuvres, partagez les, volez les. Ce sont des outils mis à disposition pour que, face à des déclarations comme celles-ci, leurs soient immédiatement renvoyée la violence qu’ils essayent de nous infliger.
Ce sont des outils pour nous protéger, et fixer des limites à ces atrocités qu’ils ne cessent d’enfanter.

Juan Branco – intervention à la BBC (VOSTFR)

Juan Branco – intervention à la BBC (VOSTFR)

La France et Macky Sall ont décidé de dévaster le processus électoral au Sénégal.
Ils restent seuls dans cette initiative, face à un millier de prisonniers politiques et un seul homme : Ousmane Sonko.

Juan Branco innocenté

Juan Branco innocenté

Après une campagne de presse ahurissante, et une double page dans Libération signée Willy Le Devin, Juan Branco a été innocenté par le Barreau de Paris, selon les informations auxquelles nous avons eu accès.

(…)Il ressort ainsi de tous ces éléments que les membres de la COMHADIS n’ont pas trouvé dans le comportement de Monsieur Juan BRANCO de manifestation de harcèlement ou de discrimination liée à l’état de santé de Madame Eva LECOMTE. (…)

(…) L’état de santé de Madame Eva LECOMTE n’était pas ignoré de Monsieur Juan BRANCO, qui n’apparaît pas avoir eu un comportement déplacé ou discriminant en raison de sa maladie. Il ressort des échanges téléphoniques qu’il a pu, au contraire, se montrer attentif à sa situation. En conclusion, la COMHADIS considère qu’il n’existe pas de faits de harcèlement et de discrimination pouvant être reprochés à Monsieur Juan BRANCO.

Il se trouve que l’accusatrice, Eva Lecomte, était en fait une employée d’Havas « envoyée » afin d’intégrer son cabinet. Celle-ci, tenez-vous bien, a immédiatement tenté un « kompromat » en se disant exploitée et moralement harcelée au bout de… moins de deux mois d’expérience, avant de se faire recruter au cabinet d’un ministre d’Emmanuel Macron, Christophe Béchu. Drôle de point de chute pour quelqu’un qui s’était présentée comme « prête à tout pour la cause ».

L’affaire est tellement grossière qu’elle pourrait prêter à rire, si ce n’était du fait de la complicité de la presse, des institutions, mais aussi de faux alliés. C’est ainsi que Eva Lecomte a été défendue par rien de moins que la présidente d’Anticor, Elise Van Beneden, et Denis Robert, furieux que Juan Branco ait révélé leurs liens avec un milliardaire, Hervé Vinciguerra.

La procédure, grâce à leur appui, a duré un an et demi, et a été lourdement publicisée avec les conséquences que l’on imagine.

De quoi s’interroger sur leurs méthodes, mais également sur les menaces qui pèsent sur Branco, toujours plus ciblé par la macronie. Depuis 2019 et la parution de Crépuscule, celui-ci fait l’objet de procédures et de tentatives de piège à répétition, la plus rocambolesque étant, il y a quelques semaines, un vrai-faux cambriolage avec tentative de kompromat à la clef, déjoué in extremis et ayant débouché sur l’arrestation de… prostituées paraguayennes.

Lorsqu’il était encore invité sur BFM TV, il avait annoncé la couleur, rappelant ironiquement que « chaque année, la Macronie tentait de l’emprisonner ». Surveillé par la CIA dès 2015, du fait de son engagement auprès de Julian Assange et de Wikileaks, comme cela avait été révélé publiquement des années plus tard, il a encore été arrêté en juillet 2023, sur ordre de la France, à Dakar, après avoir été enlevé en Mauritanie.

Jusqu’où iront-ils ?

Contact to Listing Owner