Sélectionner une page

OTAN, pieds et mains liés ?

Fév 24, 2022 | 0 commentaires

Après l’annonce par Biden du déploiement de nouvelles troupes états-uniennes en Europe de l’Ouest, la question du départ de l’OTAN devient plus urgente que jamais.
Notre autonomie stratégique est notre bien le plus précieux. Nous ne devons nous laisser entraîner en nul conflit.
Dans son allocution, Biden a rappelé avoir autorisé, ces dernières semaines, le déploiement de milliers de soldats états-uniens en Allemagne et en Pologne.
Il a annoncé aujourd’hui le déploiement, en Allemagne, de forces aériennes supplémentaires provenant des Etats-Unis.
Il a également annoncé le déploiement de nouvelles forces aériennes et terrestres en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie, ainsi que de contingents provenant d’autres pays de l’OTAN. Des Etats d’Europe de l’Ouest comme le Portugal ont déjà confirmé leur déploiement en Roumanie.
Il ne suffit pas de sauter comme un cabri en hurlant « la paix, la paix » pour l’obtenir ou se protéger. Depuis le début de cette crise, l’Elysée, humilié à de nombreuses reprises, a manqué de montrer la moindre pensée stratégique, la moindre considération pour les intérêts des français. Agité comme un papillon en manque de lumière, le Président s’est contenté de se faire voir, semblant avant tout tenir à l’effet que tout cela, sur les élections, produirait.
Nulle idée de quels intérêts la France aurait à défendre en cette région, de quels atouts et quelles forces, quel rôle elle aurait à y jouer. Nulle idée de comment elle assurera sa sécurité, dans le cas où un conflit de blocs émergerait.
Au contraire, des discours vains et creux sur la nécessité de la paix. Sur l’ordre mondial et une morale qui, en géopolitique et en ces circonstances, demeure toujours sans effet.
Des discours creux et vains, et une posture, maints fois affichée, comme s’il s’agissait de gratter du like, plutôt que de penser.
Alors répétons cette idée: au sein de l’OTAN, nous sommes pieds et mains liés. Le discours de Biden nous entraîne là où nous n’avons pas à aller.
Il est temps de recouvrer notre souveraineté.
X

Contact to Listing Owner