Sélectionner une page

Entre-soi

Avr 10, 2021 | 0 commentaires

En récompense de ses merveilleux services, et des excellentes décisions qu’elle avait aidé à prendre pour détruire notre système de santé, Marie Fontanel, conseillère Santé d’Emmanuel Macron, a été nommée ambassadrice à Strasbourg (sic) en août dernier. Celle-ci, mariée à un cadre LREM, avait quitté son poste le 31 janvier 2020 afin de participer à la campagne municipale de son mari (re-sic), et n’avait été remplacée qu’au 1er mars, laissant pendant un mois le poste vacant alors que la pandémie avançait. C’est pendant cette période que Macron avait incité les français à se rendre au théâtre. Elle n’a jamais eu de compte à rendre sur les décisions prises pendant cette période, et bénéficie depuis, comme Buzyn, de plus de 15.000 euros de revenus et de tous les avantages diplomatiques pouvant être attendus. Quant à sa successeur, Anne-Marie Armanteras de Saxcé, pas une enquête n’a été menée à son sujet. Or celle-ci devrait nous intéresser. Technocrate sans âme ni pensée, Armanteras de Saxcé, qui n’avait aucune compétence médicale, fut propulsée à la tête de la DGOS puis à l’HAS par Marisol Touraine à la fin du quinquennat Hollande, où elle travaillerait avec une certaine Agnès Buzyn, qu’elle connaît bien. De là, les deux insuffisances vont se renforcer. La DGOS, c’est là où Castex s’est illustré en faisant appliquer la funeste tarification à l’acte (T2A). C’est cette instance qui maîtrise les allocations budgétaires hospitalières. En d’autres mots: c’est de là que sont nées les politiques qui nous enferment aujourd’hui, de la réduction des lits à l’absence de recrutement des soignants. Epinglée pour avoir, lors de sa direction de la Salpétrière, autorisé des cumuls de revenus pour le moins particuliers, permettant à des médecins d’être financés en parallèle par Total, elle passe entre les gouttes et réussi à se lier avec la future ministre. Personne ne semble alors se souvenir que sa gestion hospitalière avait déjà été remise en cause lors d’une précédente pandémie, le H1N1. Alors en charge du groupe hospitalier incluant la Salpêtrière, elle voit sa gestion dénoncée pour avoir exposé les soignants. Des années plus tard, alors qu’Agnès Buzyn démissionne en pleine pandémie, pour se présenter à une élection (sic), Armanteras de Saxcé fait jouer ses réseaux et se retrouve propulsée à l’Elysée, en tant que responsable des politiques de santé… et donc de la gestion de la pandémie. Sans compétences médicales, elle va, avec Castex, produire la catastrophe du premier déconfinement. Pas un journaliste, parmi les dizaines de milliers que compte ce pays, n’a cherché depuis à enquêter à son sujet, montrer à quel point il est scandaleux que Macron s’appuie sur une « manager » et non des médecins pour se faire, sur ces sujets, conseiller, les réseaux qui l’expliquent et l’impunité qui en découle. Alors voilà, pour votre bonheur, un petit extrait de la puissance intellectuelle de celle qui tient le destin de soixante-sept millions de français, et qui depuis mars, nous tient dans l’état où l’on est.

Contact to Listing Owner